tendinite du poignet ou syndrome de la souris

Comment soigner la tendinite du poignet avec les huiles essentielles

.
Si vous utilisez un ordinateur, ce qui suit vous concerne

Vous vous servez quotidiennement d’un ordinateur et peut-être êtes-vous victime d’une tendinite du poignet ou syndrome de la souris, ou ressentez-vous les premiers symptômes ? Attention, car si vous ne faites rien, l’inflammation des tendons peut aller jusqu’à la paralysie des doigts. 🙁
Plusieurs causes expliquent ce micro-traumatisme : une mauvaise position, des mouvements trop répétitifs et surtout prolongés, le stress.
La douleur que vous ressentez est localisée sur un point précis au niveau du poignet droit (si vous êtes droitier, à gauche si vous êtes gaucher). La douleur cesse au repos mais à un stade plus avancé perdure et limite les capacités fonctionnelles, l’articulation peut être gonflée (ce n’est pas systématique). Enfin en cicatrisant, les fibres lésées du tendon peuvent former un nodule gênant.

 

Une histoire de muscles et de tendons pour expliquer la genèse d’une tendinite

Les tendons sont des structures très peu élastiques et presque inextensibles contrairement aux muscles. Ils s’étirent très légèrement par élasticité, sous l’effet par exemple du poids corporel. Le muscle en revanche a la capacité de se contracter et se relâcher pour permettre le déplacement des membres. Lorsque le muscle présente des troubles fonctionnels, cela se traduit par des mouvements musculaires incomplets, se répercutant sur les tendons en les sollicitant plus intensément pour remplacer l’élasticité manquant du muscle. Le tendon va d’abord s’adapter à la traction mais une surcharge de membre peut l’étirer au-delà de sa limite d’élasticité provoquant des lésions (étirement, rupture…). Il s’effiloche et finit par se rompre.
Le tendon enflammé devient le siège d’une tuméfaction chaude et douloureuse. La récupération fonctionnelle d’une tendinite dépendra du traitement et du temps de repos et/ou de réadaptation accordé.

 

Peut-on prévenir une tendinite du poignet ?

Oui en adoptant une bonne attitude et en choisissant bien votre souris.

La bonne attitude à adopter : maintenez votre dos droit au fond du siège, l’écran et le clavier en face de vous, pour éviter toute rotation de la colonne, les coudes à la hauteur du bureau, les avant-bras reposent sur au moins un tiers de leur longueur sur le bureau afin de moins solliciter les cervicales. Vous n’avez pas à soulever la souris, car vous aurez fait de l’ordre sur votre bureau ;-). Les poignets sont relâchés sans les bosser en l’air. Enfin, vous faites des poses régulières.
Hum… vous corrigez votre position.

 

Quelle souris choisir pour éviter une tendinite du poignet ?
Pensez à une souris ergonomique c’est-à-dire verticale pour une meilleure prise en main, voire pour les professionnels (les infographistes par exemple) une trackball (ou boule de commande) qui permet de moins bouger les mains et les bras. Il existe des tapis de souris avec des repose-poignets en gel et pas trop surélevés.

 

Peut-on traiter une tendinite du poignet sans avoir recours systématiquement aux médicaments habituels ?

 

Oui, par le repos et en utilisant des huiles essentielles.

 

Application de glace et repos : si le tendon blessé n’est pas mis au repos, les fibres cicatrisent plus lentement : elles perdent en souplesse et en élasticité voire se rompent. Le repos est indispensable et est nécessaire tant que la douleur persiste, soit 1 à 3 semaines pour une forme bénigne, 1 à 3 mois pour les tendinites chroniques. Attention, l’immobilisation totale est contre indiquée.
L’application de glace réduit la douleur à condition de placer le sac de glace (à travers un linge) ou le pack réfrigérant pendant 20 minutes sur l’articulation plusieurs fois par jour. Une autre possibilité est de laisser le poignet sous une douche froide en pluie fine.

 

Les huiles essentielles : certaines huiles essentielles possèdent des propriétés antalgiques ou anti-inflammatoires.

Biochimiquement, ce sont :
– des HE à esters comme la Gaulthérie couchée (salicylate de méthyle), la Lavande vraie (acétate de linalyle), le Lavandin, la Menthe citronnée, l’Ylang-ylang ou la Camomille noble,
– des HE à aldéhydes terpéniques : Eucalyptus citronné (citronnellal) ou Litsée citronnée,
– des HE à monoterpènes : Pin sylvestre (α-pinène), Sapin baumier, Épinette noire
– des HE à sesquiterpènes : Encens Oliban, Myrrhe (cuurzérène).
L’HE d’Hélichryse italienne contient des esters (acétate de néryle), des monoterpènes (limonène) et des sesquiterpènes. Attention aux sujets sensibles aux cétones.

 

Exemples de synergie pour traiter une tendinite

 

La première synergie associe les huiles essentielles de Gaulthérie, d’Immortelle et d’Eucalyptus citronné :
HE Gaulthérie couchée (Gaulthéria procumbens) : 1 goutte
HE Immortelle ou Hélichryse italienne (Helichrysum italicum) : 3 gouttes
HE Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) : 2 gouttes
Le mélange est appliqué 3 à 4 fois par jour pendant 1 semaine.

Attention à l’utilisation de la Gaulthérie en cas d’allergie à l’aspirine, puisqu’elle renferme un salicylé à un taux supérieur à 95%. Utiliser plutôt la seconde synergie dans ce cas. Les feuilles de Gaulthérie doivent subir une fermentation avant la distillation pour permettre aux processus enzymatiques de libérer les composants aromatiques des glucides auxquels ils sont associés. Enfin cette huile essentielle ne doit pas être utilisée à plus de 20% dans un complexe.

 

La seconde synergie comprend dans une huile végétale d’Arnica ou de Jojoba : du Basilic, du Laurier noble, de l’Hélichryse italienne, de l’Eucalyptus citronné.
HE Basilic (Ocimum basilicum ssp basilicum) : 3 ml
HE Laurier noble (Laurus nobilis) : 2 ml
HE Hélichryse italienne (Helichrysum italicum) : 3 ml
HE Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) : 3 ml
HE Myrrhe (Commiphora myrrha) : 2 ml
HV Arnica qsp 20 ml
Appliquez 6 gouttes de la synergie 3 à 4 fois par jour pendant 1 à 3 semaines.

L’huile essentielle de Myrrhe, extraite d’une résine exsudée par le tronc d’un arbuste tortueux des contrées arides (Somalie), est également intéressante car elle traite efficacement les raideurs, les douleurs articulaires, elle aide à restaurer les insertions tendineuses et agit sur le cartilage.
Quant à l’huile végétale de couleur rouge de Millepertuis, elle calme également l’inflammation. Elle peut se substituer à l’huile végétale d’Arnica dans la synergie précédente.

Ce traitement est utilisable pour toutes les autres tendinites touchant l’épaule, le tendon d’Achille, le genou (sous-rotulienne), le coude (épicondylite) ou la hanche (adducteurs) chez le sportif ou toutes personnes dont la profession requiert de faire des gestes répétitifs (travailleurs à la chaîne ou subissant des vibrations, musiciens) ou sollicitant de façon excessive un tendon de façon inhabituelle (bricoleurs, jardinage). De même, cela pourrait aides les personnes ayant pris certains médicaments qui peuvent induire une atteinte d’un tendon voire sa rupture (les fluoro-quinolones, les stéroïdes anabolisants).

 


Articles apparentés que vous pourriez aimer :
La route de l’Encens et de la Myrrhe (partie 1)
La route de l’Encens et de la Myrrhe (partie 2)
6 astuces pour ne pas subir de stress au travail

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Plusieurs causes expliquent ce micro-traumatisme : une mauvaise position, des mouvements trop répétitifs et surtout prolongés, le stress.La douleur que vous ressentez est localisée sur un point précis au niveau du poignet droit (si vous êtes droitier, à gauche si vous êtes gaucher). La douleur cesse au repos mais à un stade plus avancé perdure et limite les capacités fonctionnelles, l’articulation peut être gonflée (ce n’est pas systématique). Enfin en cicatrisant, les fibres lésées du tendon peuvent former un nodule gênant.  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *