D’où viennent les mycoses, ces affections et pourquoi sont-elles de plus en plus fréquentes ? Quelles en sont les causes ? Quelle place pouvons-nous accorder aux huiles essentielles dans le traitement des mycoses ?
.

Des mycoses et des champignons

Les mycoses cutanées superficielles sont des maladies très fréquentes dues à des champignons microscopiques : Candida, Trichophyton, Microsporum ou Epidermophyton pour les plus souvent rencontrés.
Elles affectent la surface de la peau glabre dans les zones dépourvues de poils (mycose de la peau glabre), les plis cutanés (intertrigos), les ongles (onychomycose), le pourtour des ongles (périonyxis) et le cuir chevelu (teigne).

Les champignons responsables de la mycose sont des microorganismes vivants qui sont très répandus dans l’environnement et dans l’organisme (peau, muqueuse, bouche, intestin et organes génitaux). La plupart du temps, ces micro-organismes cohabitent en harmonie avec les bactéries de la flore locale (bactéries saprophytes). Mais quand les conditions changent (augmentation de la température et de l’humidité, manque ou au contraire excès d’hygiène), l’équilibre est rompu et la flore saprophyte est modifiée. Certains champignons en profitent pour se développer et devenir nocifs, les mycoses apparaissent.

La multiplication des champignons résultent :
– soit d’une rupture de l’équilibre de la flore saprophyte en raison d’une cause externe (macération, irritation…) ou interne (diminution de l’immunité, diabète, antibiotiques…),
– soit d’une contamination par contact direct entre les humains (contamination interhumaine) ou par contact avec un animal, ou avec le sol, l’eau ou les objets contaminés (vêtements, serviettes, tapis de sol, peignes, jouets…).
Enfin, une mycose profuse ou récidivante doit systématiquement faire rechercher un facteur interne de rupture de l’équilibre, diminuant les défenses immunitaires comme, par exemple, un diabète de type I ou II ignoré ou mal équilibré.

 

Qu’est-ce qui favorise les mycoses ?

L’apparition des mycoses est favorisée par la chaleur et l’humidité. Celles si  vont affecter plus particulièrement les plis de la peau et des pieds, mais aussi les ongles et les organes génitaux.

Les principaux facteurs d’environnement qui favorisent le développement des mycoses de la peau sont :
– la chaleur humide
la transpiration excessive
la fréquentation des piscines, des salles de sport et des saunas
– le port de chaussures fermées ou de bottes (ou de gants) en caoutchouc
– la grossesse et les premiers mois de la vie exposent aux mycoses de la peau
– certains traitements médicamenteux (antibiothérapie, corticothérapie…).

 

Quand s’alerter ? 

En présence d’une mycose cutanée, il convient de consulter un professionnel de santé en l’absence d’amélioration après application d’un traitement local pendant 1 à 2 semaines ou dans les circonstances suivantes :
– s’il y a un doute sur la nature des lésions qui entraînant une gêne, une douleur locale ou des démangeaisons
– si de nouvelles lésions apparaissant sur une autre zone
– s’il y a une plaie ou des suintements consécutifs au grattage du fait du risque de surinfection
– sur un terrain diabétique associé à des troubles circulatoires ou en cas d’un déficit immunitaire
– au cours ou au décours d’un traitement par corticoïdes par voie générale
– chez un enfant de moins de 12 ans
– dans tous les cas s’il s’agit d’une mycose de l’ongle ou du cuir chevelu

 

Comment prévenir les mycoses ?

La prise en compte des facteurs locaux favorisant la mycose est indispensable pour permettre la guérison sans récidive.
Il faut lutter contre la macération (éviter le port de sous-vêtements synthétiques et de vêtements serrés), l’humidité (sécher soigneusement les plis et les muqueuses après la toilette, ne pas remettre de chaussures humides avant qu’elles aient séché…). Éviter ou traiter les irritations de la peau car elles peuvent constituer un facteur de développement de la mycose) : attention aux épilations ou aux rasages intempestifs.
En cas d’atteinte des pieds, il faudra également désinfecter ses chaussures (avec un produit adapté), ainsi que ses chaussettes (le lavage à basse température n’est pas suffisant pour tuer le champignon).

La transmission des mycoses peut se faire par contact direct (lésions cutanées, poils d’animaux infectés), mais aussi par contact indirect (draps, serviettes, brosses à cheveux, sols, eau…). Pour éviter la transmission et la contamination des mycoses de la peau, quelques conseils sont à suivre. Mais c’est avant tout une question de bon sens.
• Ne pas utiliser de tapis de bains en tissu en cas de mycose des pieds dans son entourage et laver la literie. Laver également les carrelages, douche et baignoire avec un désinfectant.
• En cas de teigne dans la famille, désinfecter les bonnets, capuches, brosses avec un antifongique en poudre.
• Porter des chaussures adaptées lorsque l’on marche pieds nus dans des endroits collectifs (salle de sports, piscine).
• Bien sécher entre chaque orteil avec la serviette ou même utiliser un séchoir à cheveux à température douce.
• Ne pas échanger sa serviette avec quelqu’un d’autre.
• Ne pas toujours porter les mêmes chaussures et bien les aérer et les faire sécher, voire les désinfecter si besoin.
• Ne pas rester avec des chaussettes humides et porter si possible des chaussettes en coton (ou fil). En cas de transpiration excessive des pieds, il est possible d’utiliser des anti-transpirants spécifiques.
• En cas de mycoses de son animal domestique, faire traiter l’animal par un vétérinaire avant d’attraper soi-même un herpès circiné.
• En cas de une mycose cutanée chez son enfant, couper courts ses ongles pour qu’ils restent propres et pour éviter les effets néfastes du grattage.

Les mycoses cutanées sont des affections communes mais souvent mal reconnues, et non traitées de façon appropriée. Les traitements sont longs et demandent de la persévérance et de la patience. Quant à la prévention, elle passe par l’apprentissage de gestes d’hygiène simples.


(à suivre : Mycoses superficielles de la peau glabre)


Articles apparentés qui pourraient vous intéresser
Quelles huiles essentielles pour une mycose de la bouche?
10 choses à savoir sur les huiles essentielles et l’hygiène buccale
5 (mauvaises) bonnes raisons pour ne pas prendre soin de soi

Candidose et huiles essentielles : un guide que j’ai écrit pour vous 

Mais on pourrait en dire tellement plus ! C’est pourquoi j’ai réuni tout mon savoir-faire dans un guide pratique : Candidose et Huiles essentielles.
Ce guide que j’ai écrit et que je vous propose est conçu de façon que vous puissiez l’utiliser le plus simplement possible et surtout pour vous donner les moyens d’agir de la manière la plus efficace.

Avec ce livre, je vous fais découvrir ma boîte à outils… je vous présenterai des méthodes de soins naturels et complémentaires.

  • Naturels parce qu’utilisant l’âme des plantes, en l’occurrence les huiles essentielles.
  • Complémentaires à la médecine allopathique, ne s’y opposant pas, mais au contraire la renforçant.

A la fin de votre lecture, j’aimerais que vous ne soyez plus désarmé(e) face à une candidose intestinale chronique ou tout autre mycose, quelle que soit sa localisation.

Téléchargez des extraits du livre numérique Candidose et huiles essentielles

Si cet article vous a plu, vous pouvez télécharger gratuitement un extrait de mon livre : « Candidose et Huiles essentielles » en cliquant ici ou sur l’image .

N’hésitez pas à partager cet article et à inciter vos amis à téléchargez un extrait gratuitement

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enchaînement de Taichi

Neurosciences et tai chi

/
. Comment mémoriser un enchaînement de tai chi ? Quel est…
Mentha pulegium riche en cétones

Neurotoxicité des huiles essentielles. Etude de cas: les cétones

/
L’usage des huiles essentielles contenant des cétones est…

Rencontrer les plantes et les huiles essentielles au Gattilier

/
Perché tel le baron d'Italo Calvino, le Gattilier est situé…

Hépatotoxicité des huiles essentielles. Une étude de cas: les phénols

/
Les huiles essentielles à phénols sont des anti-infectieux…

Les principaux rôles du foie

/
. Crise de foie, crise de mots   Parlez entre vous…

L’homéopathie et les thérapies complémentaires dérangent-elles ?

/
Je suis tombée aujourd’hui sur une tribune dans un journal…

Soin HinokiBô

/
Soin HinokiBô   Le HinokiBô est un soin lancé au…
Etat modifié de conscience

Comprendre l’hypnose et les états modifiés de conscience (partie 1)

/
Connaissez-vous l’hypnose ou les états modifiés de conscience…
Végane et vitamine B 12

Ce que tout végane doit savoir sur la vitamine B12

/
  Le végane reste très minoritaire dans notre société. Les…