Fruits et légumes, nos meilleurs amis contre les radicaux libres

On entend souvent parler des méchants radicaux libres. Mais que sont-ils exactement ? Et que faut-il faire pour se protéger contre leurs effets néfastes ?

Fruits et légumes

Fruits et légumes

Le stress oxydatif, qu’est-ce que c’est ?

Il faut savoir que la production de radicaux libres est un phénomène naturel pour tous les organismes vivant en aérobie (qui ont besoin d’oxygène pour vivre) et ne constitue pas en soi un problème.
L’oxygène est un composé essentiel pour les organismes multicellulaires. L’énergie est fabriquée dans les mitochondries (ce sont les petites centrales énergétiques des cellules) à l’aide de l’oxygène avec un rendement de 98% avant 30 ans, mais ce rendement baisse avec l’âge.
L’oxygène produit en permanence, au niveau de la chaine respiratoire des cellules, des radicaux libres. Ce sont des molécules qui exercent sur l’organisme des fonctions bien paradoxales. Ils sont à la fois bénéfiques pour notre corps car ils nous aident à nous défendre contre les agents pathogènes et à nous débarrasser des cellules défectueuses, mais peuvent devenir néfastes à haute dose.

Le stress oxydatif apparaît lorsqu’il y a un déséquilibre entre la production de radicaux libres et les capacités de l’organisme à se défendre. Il est un facteur essentiel intervenant dans le processus de vieillissement cellulaire accéléré, la genèse de maladies chroniques et inflammatoires, des maladies cardiovasculaires, neurodégénératives, diabètes, au déclin des fonctions immunitaires. Il faut ajouter que les radicaux libres sont mutagènes, c’est-à-dire capables de provoquer des cancers.

Comment l’organisme peut-il se défendre ?

Pour se prémunir contre les dégâts provoqués par ces substances, l’organisme a de nombreuses défenses antioxydantes, mais comme celles-ci sont imparfaites, elles n’empêchent pas une petite partie de l’ADN de s’oxyder. Ces lésions sont réparées par des enzymes qui excisent la partie abîmée et ces fragments d’ADN abîmés sont ensuite éliminés dans les urines. D’ailleurs, un des moyens d’évaluer les dégâts oxydatifs subis par l’ADN consiste à mesurer la quantité de ces morceaux abîmés dans l’urine.
Le problème est que les enzymes spécialisées parviennent à réparer l’ADN, mais pas toujours complètement et les lésions s’accumulent, si bien qu’avec le temps les dégâts sont de plus en plus nombreux.

De l’importance des antioxydants

Une importante étude menée par des chercheurs du Karolinska Institute, de l’Université d’Alabama et du Beth Israel Deaconess Medical Center (USA) sur plus de 30.000 femmes âgées de 40 à 80 ans vient de montrer que la consommation quotidienne d’au moins 6 portions de fruits et légumes par jour réduit de 20 % le risque cardiovasculaire.

Cette vaste étude a donc analysé l’alimentation et évalué la consommation d’antioxydants. Les femmes ont été suivies au niveau cardio-vasculaire pendant 10 ans, et on a répertorié la survenue d’un peu plus de 1100 attaques cardiaques. Après pondération des différents modes de vie, l’étude montre que les femmes présentant les taux d’antioxydants les plus élevés dans leur alimentation (soit au moins 6 portions de fruits et légumes frais par jour) ont 20 % de risques en moins d’avoir une crise cardiaque par rapport aux femmes consommant peu d’antioxydants alimentaires.

Cette étude souligne l’importance de la synergie naturelle des antioxydants présents dans l’alimentation. Ceux-ci ont un effet protecteur bien plus puissant que des compléments alimentaires en contenant.

Les antioxydants sont des substances qu’on peut trouver dans des aliments comme les fruits frais et secs, les légumes et les épices. L’organisme en produit aussi, mais la consommation régulière de ces antioxydants permet de protéger l’organisme contre les dommages provoqués par les radicaux libres.
Le fait le plus intéressant est que cet effet protecteur n’est obtenu qu’avec la consommation d’antioxydants contenus naturellement dans les aliments. La prise de suppléments en vitamines et oligo-éléments ne semble pas apporter les mêmes effets préventifs car, selon l’étude, ce n’est pas la quantité d’antioxydants consommée qui est importante, mais leur diversité et surtout leur interaction (on parle de synergie) dans le cadre d’une alimentation saine, variée et équilibrée.
Il semble même que la consommation importante d’un antioxydant sous forme de supplément soit plutôt dangereuse. C’est par exemple le cas du bêta-carotène qui, pris sous forme de complément alimentaire, pourrait augmenter le risque de cancer du poumon chez les fumeurs.

N’oublions donc pas d’introduire au moins 6 fruits et légumes tous les jours dans notre alimentation. C’est bon, et le corps nous dit merci.

Alors, on s’y met ?


Articles apparentés que vous pourriez aimer
Moi et ma santé : comment la prendre en charge naturellement
Dix recettes pour bien manger
Dépolluez votre organisme
On peut éviter plus de la moitié des cancers
Manger bio a-t-il un effet bénéfique sur la santé humaine ?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *