Comment avoir une alimentation saine ?

Avoir une alimentation saine, est-ce si facile ?

On en parle beaucoup dans les différents medias, on élabore énormément de théories et il n’est pas simple de s’y retrouver!

On assiste à plusieurs paradoxes

· D’une part, une abondance d’aliments, gras, salés, sucrés, dans une multitude de nouveaux points de vente (librairies, marchands de tabac, boutiques), avec une publicité omniprésente. D’autre part, on assiste à une véritable prise de conscience sur l’absurdité de notre alimentation; d’où l’intérêt de nombreuses personnes pour une alimentation saine.
· De même, au niveau de l’information, on constate une surabondance d’articles traitant de la nutrition, avec des théories qui souvent se contredisent, rendant la compréhension finale très difficile. En même temps, on peut se réjouir, car c’est le signe de cet intérêt pour l’alimentation saine.

Qu’en est-il de notre alimentation aujourd’hui ?

· L’alimentation moderne se caractérise par des modes de production, de conservation, de préparation et de cuisson appauvrissant la valeur nutritionnelle des aliments.
· Les besoins nutritionnels sont définis de manière statistique et à partir de référentiels; aussi pertinentes soient-elles, ces valeurs de référence ne demeurent que des moyennes méritant d’être nuancées selon les individus, les situations physiologiques ou pathologiques (grossesse, âge, maladies, stress, activité physique…).
Il est donc aujourd’hui difficile – pour ne pas dire impossible – de définir à partir du contenu de notre assiette quel est notre état nutritionnel intracellulaire.


Respectez votre corps

Une bonne hygiène de vie n’est pas forcément une question d’argent, ni d’âge.
Prendre soin de soi et de son bien-être, c’est une question de bonnes habitudes et de persévérance !

Donc, pour avoir une alimentation saine, sans élaborer une théorie de plus, voici quelques conseils généraux qui pourront vous aider. Mais la meilleure « recette », c’est celle que vous avez expérimenté et qui vous convient.
Vous êtes le maitre à bord ! Soyez à l’écoute de votre corps.

1. Mangez lentement, dans une ambiance détendue, en pensant à ce que vous faites (pas aux mauvaises nouvelles de la radio ou aux problèmes auxquels vous êtes confronté) : mangez en pleine conscience, ressentez pleinement le goût, l’arôme, l’aspect des aliments. Mâchez longuement, car une bonne digestion démarre dans la bouche.

2. Limitez (voire éliminez) les produits contenant du gluten. Le gluten se retrouve de plus en plus dans les aliments (beaucoup de céréales, plats préparés, condiments) et il peut être impliqué dans des maladies aussi diverses que allergies, migraines, maladies auto-immunes… Sachez qu’il y a beaucoup d’intolérants qui s’ignorent.

3. Limitez (voire éliminez) les produits laitiers, sauf 10 g de beurre par jour et un peu de fromage. Nous ne sommes pas programmés génétiquement pour consommer du lait après le sevrage.

4. Limitez votre consommation de viande : une fois par jour suffit amplement si vous n’avez pas de problème particulier. Ne consommez alors pas d’autres protéines (laitages, œufs, légumineuses…) au cours de ces repas. Beaucoup de pathologies courantes sont liées à un excès de protéines : arthrose, calculs rénaux, goutte…

5. Ne consommez pas des produits élaborés qui contiennent trop de sel, graisses, sucre, des additifs et beaucoup d’autres toxiques. Si le temps vous fait défaut, choisissez des produits simples (légumes surgelés par exemple) que vous accommoderez vous-même avec des ingrédients choisis les plus naturels possibles. C’est à peine plus long, et vous maîtrisez le contenu de votre assiette.

6. Ne buvez pas (trop) aux repas. Si vous avez soif pendant les repas, c’est que vous ne buvez pas assez en dehors des repas. L’eau dilue les enzymes digestives et les rend moins efficaces, la digestion se fait alors plus difficilement.

7. Commencer les repas par une crudité. Les aliments crus contiennent des enzymes digestives, économisant ainsi un travail de digestion important. De plus, les crudités sont riches en vitamines, minéraux et fibres.

8. Mangez vos fruits en dehors des repas. Ils contiennent des sucres simples facilement et rapidement assimilés par l’organisme. Si vous les mélangez à d’autres aliments, ils vont fermenter et perturber la digestion, et ne seront pas correctement assimilés. En revanche, c’est l’aliment idéal pour les en-cas.

9. Ne prenez pas de sucres rapides au petit déjeuner, le matin l’organisme a besoin de protides et de graisses. Une décharge importante d’insuline (suite à l’ingestion de sucres rapides) conduit à un état inflammatoire persistant dans l’organisme.

10. Ne dînez pas trop tard, car la digestion devra s’effectuer pendant le sommeil, temps essentiel pendant lequel le corps se détoxine.

11. Arrêtez de manger avant de ressentir la satiété. Vous vous y habituerez très vite et ne ressentirez plus ce gros coup de fatigue si courant après les repas.

12. Faites régulièrement un repas, voire une journée composé uniquement de fruits et/ou légumes. Vous pouvez essayer la monodiète : raisin en automne, pêche l’été, carotte ou pomme en hiver. Cela permet au corps de se reposer et de se régénérer.

13. Une fois par semaine, offrez-vous un repas plaisir. Oubliez les conseils et savourez ; cela vous empêchera se vous sentir frustrés et vous permettra de tenir jusqu’à la semaine prochaine 😉

14. Si vous ne vous sentez pas prêts, ne changez pas votre alimentation radicalement, cela risquerait de vous faire tout abandonner ou de générer des tensions dans votre entourage. Le rapport bénéfice/désavantages serait alors déséquilibré.

15. Faites-vous accompagner pour mettre en place une nouvelle hygiène de vie progressivement et avec plaisir !

Et puis, il est un paramètre essentiel selon moi pour profiter des bienfaits d’une alimentation saine, c’est de garder du plaisir à manger. En effet, si pour bien vous alimenter vous vous forcez à ingérer des aliments qui ne vous conviennent pas vraiment, le bénéfice que vous allez en retirer risque d’être inférieur à la frustration que leur ingestion aura provoquée. On dit souvent qu’un bon plat est celui confectionné avec amour ; essayez donc de préparer des choses même simples, mais en pensant à ce que vous faites et en prenant plaisir à partager ces repas.
S’il n’est donc pas question pour moi de cautionner certaines mauvaises habitudes, il me semble essentiel de garder en vue cette dimension de plaisir.

Bon appétit


Articles apparentés que vous pourriez aimer
Moi et ma santé : comment la prendre en charge naturellement
Fruits et légumes, nos meilleurs amis contre les radicaux libres
De l’intolerance au gluten à la maladie coeliaque
On peut éviter plus de la moitié des cancers

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *