Huiles essentielles et l’allergie respiratoire

Huiles essentielles et allergies respiratoires

En France, 3 % de la population souffrait d’allergies dans les années 70, contre environ 30 % de nos jours, et on estime à 50 % l’incidence dans 10 ans.
Pour prévenir, mais aussi pour traiter les allergies, les huiles essentielles sont particulièrement efficaces.

Qu’est-ce qu’une allergie ?

L’allergie peut se définir comme une réaction excessive de l’organisme à une substance qui lui est étrangère, qu’elle soit d’origine végétale, animale, ou chimique que l’on appelle allergène. Le système immunitaire libère de l’histamine, molécule de signalisation du système immunitaire. Il s’en suit une réaction inflammatoire, et c’est le début de l’allergie.
L’allergie se déclenche généralement après plusieurs contacts avec l’allergène. C’est ce qui explique pourquoi on peut devenir allergique à un produit qu’on avait pourtant utilisé sans problème jusque-là. C’est aussi pour cette raison qu’on peut devenir allergique à un âge avancé, alors qu’on avait côtoyé le produit incriminé de nombreuses fois auparavant.

Suis-je vraiment allergique?

Pour le savoir, l’idéal est de faire le bilan allergologique à lecture immédiate (prick-test), qui consiste à appliquer sur la peau des extraits d’allergènes (acariens, pollens, poils d’animaux…). Le médecin allergologue les fait ensuite pénétrer sous la peau en réalisant une petite griffure indolore. Si le résultat est positif, un petit bouton apparaît en moins de 30 minutes à l’endroit de l’allergène concerné.
Attention : en cas de prise d’antihistaminiques, il faut les arrêter au moins une semaine avant de faire le bilan allergologique sinon on risque d’obtenir des tests faussement négatifs.

Allergie : cherchez les indices
Un test allergologique positif doit toujours être confronté aux symptômes et aux circonstances de leur apparition avant de confirmer l’allergie et d’envisager un traitement.
Par exemple, un test positif aux graminées n’aura pas de valeur diagnostique si la rhinite est présente tout au long de l’année, car s’il s’agissait vraiment d’une allergie aux pollens de graminées, la gêne se limiterait au printemps.

Allergie respiratoire : quels symptômes ?

La rhinite allergique est une maladie atopique. L’histamine libérée dans les voies aériennes va provoquer leur constriction, avec tous les effets que l’on connait : nez bouché, qui coule, éternuements, et tout un cortège de désagréments. Parfois, ce rhume s’accompagne de conjonctivite : les yeux sont rouges, grattent, larmoient, et piquent. C’est donc une inflammation des muqueuses provoquée par une interaction avec un « pneumallergène », c’est-à-dire un allergène que l’on respire, comme les pollens, les acariens, les poils d’animaux.
Si les symptômes apparaissent chaque année à la même saison, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’une allergie aux pollens. Les pollens provoquent des affections d’apparence sans conséquences graves, mais elles peuvent être parfois sévères, voire invalidantes :
– rhinites, écoulement souvent abondant et obstruction nasale
– conjonctivites avec larmoiement, démangeaisons
– oppression thoracique ou respiration sifflante, asthme, avec diminution du souffle
– fatigue, maux de tête, manque de concentration ou d’attention lié à un sommeil perturbé par la rhinite
– manifestations cutanées avec aggravation de certains eczémas, plus rarement œdèmes et urticaires


PREVENIR LES ALLERGIES RESPIRATOIRES

Si on souffre d’allergie avérée à une substance, l’idéal est de tout simplement éviter soigneusement l’allergène.

Un équilibre global
L’allergie est un dysfonctionnement du système immunitaire, organisation très complexe qui s’appuie sur de nombreuses fonctions et organes au sein de l’organisme, dont notamment la peau mais aussi la muqueuse intestinale.
Pour prévenir les allergies, il est donc utile de rééquilibrer toutes les fonctions vitales liées au système immunitaire.

1. Alimentation et allergies : l’alimentation antiallergique

Les allergies peuvent disparaître grâce à certaines modifications du milieu de vie afin de réduire l’exposition à l’allergène en cause, mais aussi par des changements alimentaires. Une bonne digestion est une des clés de l’immunité, et en particulier la flore intestinale est un outil stratégique pour un système immunitaire équilibré.

Manger le plus sain possible
Eviter les préparations industrielles qui renferment des « mauvaises graisses », donc des graisses trans susceptibles d’aggraver les symptômes allergiques, des sucres rapides qui augmentent les réactions inflammatoires, ainsi que des additifs alimentaires.

Identifier les aliments qui aggravent les symptômes
Certaines personnes au terrain atopique trouvent par exemple que l’élimination du lait de vache améliore leurs symptômes.
De plus il est parfois nécessaire de limiter la consommation de produits contenant du gluten, qui sont des aliments pouvant entretenir les réactions allergiques.
On peut recommander de suivre une diète faible en protéines. Un excès de protéines maintiendrait le système immunitaire dans un état d’hyperréactivité.

Augmenter la capacité de défense de l’organisme
On sait que 80 % de l’immunité se construit dans les intestins, il est donc essentiel d’en prendre soin. Les probiotiques atténuent les réponses allergiques de tous ordres. Cette supplémentation doit se prendre toujours en dehors des repas quelle que soit la marque.

Les acides gras essentiels
L’acide α-linolénique (ω-3) et l’acide linoléique (ω-6) interviennent dans la synthèse des prostaglandines, composés qui régulent les processus inflammatoires et immunitaires. Notre alimentation est souvent riche en ω-6, mais pauvre en ω-3. Il est donc intéressant, surtout pour les terrains allergiques, de consommer des huiles riches en ω-3. Ces huiles auront aussi un effet anti-inflammatoire en application cutanée, notamment pour le soin des peaux atopiques et des réactions allergiques cutanées.
·Huiles végétales riches en ω-3 : Cameline, Chanvre, Lin, Nigelle, Périlla.

Des anti-inflammatoires et anti-histaminiques naturels
Enrichir l’alimentation en végétaux riches en substances protectrices et anti-inflammatoires, tels que :
·Quercétine
·Vitamine C
·Vitamine E
·Curcuma
·Ortie
·Plantain

2. Drainage et allergies

Les états allergiques sont souvent liés à une surcharge du foie. Penser à faire une cure de drainage ou « détox » de temps en temps.

·Huiles essentielles drainantes :
Genévrier 

·Huiles essentielles stimulantes du foie :
Carotte
Citron
Livèche
Romarin à verbénone
Thym à thuyanol 

·Hydrolats détoxifiants et régénérants du foie :
Carotte sauvage
Lédon du Groënland
Romarin à verbénone 

3. Equilibre psychique et allergies

Le bien-être mental est fondamental pour l’équilibre physiologique. Dans le cas des allergies, on remarque notamment que les manifestations sont souvent exacerbées dans des périodes de stress ou d’angoisse.

·Huiles essentielles anti-stress et relaxantes :
Lavande vraie
Litsée citronée
Mandarine
Petit grain bigarade


TRAITER LES ALLERGIES RESPIRATOIRES

Dans le cas d’une allergie connue et prévisible (rhume des foins, contact prolongé avec un animal), il est conseillé de prendre un traitement de fond.

Rhinite allergique, rhume des foins
Première étape, incontournable : nettoyer matin et soir les fosses nasales et dégager le nez ! Pour nettoyer, un spray nasal d’eau de mer est la solution idéale, car en dehors du chlorure de sodium, il contient plein d’autres minéraux et oligoéléments : Cuivre (antiinflammatoire), Manganèse (oligoélément du terrain atopique), Zinc.

Yeux rougis et larmoyants
Appliquer pendant 10 minutes des compresses avec de l’hydrolat de Bleuet, de Camomille ou de Matricaire.

Démangeaisons
Appliquer localement et de façon répétée quelques gouttes de macérât huileux d’Arnica ou de Calendula. Répéter toutes les 2 heures jusqu’à disparition des manifestations cutanées. A ceci, on peut ajouter 1 à 2 gouttes d’huile essentielle de Camomille allemande ou de Tanaisie annuelle.

Huiles essentielles et allergies respiratoires

Le traitement de fond
Il consiste dans la prise d’huile essentielle d’Estragon, à raison de 2 gouttes 1 à 2 fois par jour, dans une petite cuillère de miel, sur un morceau de sucre ou sur un comprimé neutre. Poursuivre pendant 5 jours sur 7, ou 3 semaines sur 4.
A ceci on peut rajouter la prise d’une cuillère à café d’huile végétale de Nigelle 2 fois par jour, pour sa richesse en acides gras polyinsaturés ω-3 anti-inflammatoires et en huile essentielle antiallergique.
On peut combiner les deux conseils en prenant l’huile essentielle d’Estragon dans une cuillère à café d’huile végétale de Nigelle.

Le traitement des crises
Appliquer 4 à 8 gouttes du mélange suivant sur les sinus (en prenant soin d’éviter le contour des yeux), ainsi que sur le thorax 2 à 3 fois par jour pendant 5 jours.
HE Estragon : 60 gouttes
HE Eucalyptus mentholé : 30 gouttes
HE Camomille allemande : 30 gouttes
HE Sapin baumier : 30 gouttes
HV Nigelle : 45 ml

Note : attention aux précautions nécessaires lors de la prise des huiles essentielles.

Pour mieux connaitre les huiles essentielles, des ateliers et des formations en aromathérapie sont un complément incontournable.
Au moindre doute, n’hésitez-pas à prendre contact avec un professionnel pour une consultation privée.


Articles apparentés que vous pourriez aimer
Comment choisir une huile essentielle ?
Que soigne-t-on par l’aromathérapie ?
Stop aux allergies saisonnieres
Dépolluez votre organisme !
Soigner le stress par les huiles essentielles

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *