Elimination des métaux lourds

L’intoxication aux métaux lourds est un phénomène silencieux, mais pas moins inquiétant. Il nous touche tous, car nous sommes tous exposés aux pollutions de toutes sortes (un rapport américain fait état de 140 000 substances toxiques avec lesquelles nous entrons en contact tous les jours). Seulement, des fois, les effets toxiques deviennent plus forts que la capacité de notre organisme à se défendre. Des symptômes divers font alors leur apparition, malheureusement souvent atypiques, que nous ne relions donc pas à la cause. C’est pourquoi une sensibilisation générale aux effets des métaux lourds est nécessaire.

En cas de suspicion d’intoxication aux métaux lourds, il faudra d’abord trouver un médecin ou thérapeute qui puisse établir la liste d’analyses à faire. Ensuite, si après un diagnostic précis, une intoxication aux métaux lourds est avérée, entreprendre les démarches pour leur chélation, en parallèle avec un équilibrage alimentaire et une minéralisation adaptés aux besoins.
Il est impératif que l’hygiène de vie (activités physiques, bien s’hydrater, ne pas fumer) et l’alimentation soit optimisées pour faciliter les traitements et le travail des organes d’élimination.

 

Ensuite, il faudra envisager une réévaluation alimentaire spécifique, débarrassée de tout aliment ou agent toxique et, le cas échéant, se faire retirer, par un dentiste spécialement formé pour cela, ses amalgames dentaires, source majeure d’intoxication.
Pour être optimale, l’alimentation devra être hypotoxique et adaptée en fonction des paramètres personnels. Il faut porter une attention particulière à l’état de l’intestin et de la flore intestinale. Il est conseillé d’éliminer de son alimentation les pesticides et toutes les molécules de synthèse (colorants, arômes, agents de conservation, etc.), la chélation sera ainsi plus efficace.
Les émonctoires ou organes d’excrétion sont le foie, les reins, la peau, les poumons et l’intestin. Le foie a un rôle primordial puisqu’il métabolise toutes les toxines.  Avant de relâcher par chélation une forte charge de métaux lourds, il faut s’assurer du bon fonctionnement des émonctoires.
La dépose des amalgames doit se faire uniquement chez un dentiste spécialement équipé pour ce travail délicat. Il sera judicieux de prendre avant et après la dépose du charbon et des antioxydants afin d’éviter de faire empirer les symptômes.
Parce que la chélation est une agression massive, il y a aussi chélation des bons minéraux. On l’accompagnera donc par une complémentation de minéraux, particulièrement Mg et Zn.
Pour reconstituer rapidement un état optimal de santé il faut ajouter des antioxydantsciblés. On peut d’utiliser de la vitamine C à forte dose, du glutathion, de l’acétyl cystéine (précurseur de glutathion), de la coenzyme Q10 et de l’acide lipoïque. Il est également souhaité de supplémenter en oméga-3 qui ont un rôle anti-inflammatoire majeur.
Les chélateurs chimiques les plus courants sont le DMSA, le DMPS et l’EDTA. Mais il ne faut pas oublier la chélation orale naturelle. La médecine orthomoléculaire propose des suppléments naturels chélatreurs et capteurs de radicaux libres : le citrate de potassium, lachlorella, l’ail, la vitamine C ou l’acide malique.
Le suivi médical est souhaité car un relargage massif de métaux traces dans l’organisme peut être lourd de conséquences.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *