Raphus cucullatus, l'oiseau de nausée, le dodo mauricien

Le tambalacoque (Alma Consult aime Alma de JMG Le Clézio)

Parlant d’Alma, son dernier roman, JMG Le Clézio lie le destin du dodo, cet oiseau mythique de l’île Maurice, aujourd’hui disparu, à un arbre, le tambalacoque (Sideroxylon grandiflorum ou Calvaria major). L’oiseau avalait et disséminait les graines de l’arbre. Depuis la disparition du dodo, l’arbre ne pousse plus à Maurice. Il était familièrement appelé au temps des Anglais, « the dodo-tree ».

Ces arbres ont aujourd’hui dans les 300 ans. Environ mille pieds subsistent encore à Brise-Fer, Mare-Longue, Macchabée, Ferney, Bassin-Blanc ou Bel Ombre.

Tambalacoque (fruits) Sideroxylon grandiflorum Tambalacoque (fruits)

L’arbre fer : le tambalacoque

 

Cet arbre a une longévité exceptionnelle : presque mille ans. Il domine par sa hauteur les derniers fragments de la forêt mauricienne, dévastée par la monoculture de la canne à sucre. La forêt indigène à Maurice n’occupe plus que 5% de la surface de l’île contre 90% au moment de l’arrivée des Européens.
L’arbre ressemble à un vieux sage, c’est la mémoire de l’île et de ses fantômes : les marrons, les esclaves, la mémoire des forêts, la mémoire du dodo. C’est aussi un symbole de puissance et d’éternité.
De la famille des Sapotaceæ, apparenté au bois fer de la Réunion, l’arbre a un long tronc surmonté d’une couronne de feuillage dense. L’enracinement est profond et très étendu, l’arbre résiste aux cyclones.
Les ébénistes, les constructeurs de bateaux l’utilisaient aux côtés de l’ébénier, du bois d’olive ou du bois de natte. Ce n’est pas pour rien que tambalacoque rime avec la coque des navires.

 

Un mutualisme difficile à prouver entre le tambalacoque et le dodo

Pour en revenir au dodo, l’hypothèse que la germination et la dispersion des graines étaient étroitement associées à ses habitudes alimentaires, est récente. Elle fut énoncée par un ethnologue, Stanley Temple, dans les années 1970. Des interactions avec une autre espèce animale disparue, la tortue géante, ont été évoquées. Enfin des champignons nuisibles se développeraient dans la pulpe du fruit enveloppant des graines en l’absence de vertébrés frugivores. Le mutualisme entre le dodo mauricien et le tambalacoque fait encore l’objet de controverse (Owadally vs Temple Science 1979

L’intervention des botanistes et des écologistes n’a pas amélioré la germination. Différentes techniques furent préconisées ; mais scarification mécanique des graines ou enlèvement de la pulpe du fruit n’ont aucun effet sur la fertilité.
La production des fruits est en outre diminuée par la présence de plantes exotiques envahissantes.
À ne pas oublier non plus les hordes de macaques qui visitent les arbres entrainant le chute des fleurs et la mortalité des fruits verts qui tombent à terre et s’abîment.

Avant l’arrivée du plus redoutable des prédateurs sur Maurice (lire à ce propos « Cataclysmes, une histoire environnementale de l’humanité » de Laurent Testot), le tambalacoque coexistait avec des animaux aujourd’hui disparus. Depuis, d’autres plantes ou animaux ont un impact négatif sur sa reproduction.

Face à l’immensité de l’océan, l’arbre semblait avoir la vie devant lui, presque l’éternité. Son histoire est aussi celle des aventuriers des XVIII et XIXème siècles, de la déforestation et de la mise en culture de l’île, liée à l’esclavage puis à l’arrivée des coolies. Un témoignage de la folie des hommes.

.
Nos mains ont semé la destruction ; aujourd’hui, nos yeux récoltent une nature dévastée ; le tambalacoque nous invite à happer dans le vent des bribes de notre mémoire commune.

Maurice: montagnes

« …c’est ça qu’il mangeait, ton oiseau dodo. On a prétendu qu’après la mort du dodo les tambalacoques ne pouvaient pas survivre, parce qu’il était le seul à pouvoir digérer l’écorce de la graine, à la briser avec sa pierre à gésier, mais regarde, celui-ci est tout jeune, il prouve que l’arbre va continuer à vivre… »
(« Alma » JMG Le Clézio)

 


Articles apparentés qui pourraient vous intéresser:
Les bois odorants (partie 1): des parfums et des huiles essentielles
Les bienfaits de la gratitude
Petite histoire de magiciens…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *