Nigelle: mycoses cutanées

Les mycoses de la peau et les huiles essentielles (partie 3): les mycoses cutanées

Les mycoses cutanées superficielles de la peau glabre

 

Les mycoses cutanées communes mais souvent mal reconnues ne sont pas, de ce fait, traitées de façon appropriées. Les traitements sont longs et demandent de la persévérance et de la patience. Quant à la prévention elle passe par l’apprentissage de gestes d’hygiène pourtant simples comme nous l’avons vu précédemment (Les mycoses de la peau et les huiles essentielles partie-1).

D’où viennent ces affections et pourquoi sont-elles de plus en plus fréquentes ? Quelles en sont les causes ? Quelle place pouvons-nous accorder aux huiles essentielles dans le traitement des mycoses ?

Nous essayerons de répondre à toutes ces questions en nous intéressant aujourd’hui aux principales mycoses de la peau glabre.
Lire la suite

Les mycoses de la peau et les huiles essentielles (partie 2): pityriasis versicolor et herpes circiné

 

Les mycoses font partie des maladies de la peau les plus fréquentes. Le terme « mycose » désigne une infection par un champignon microscopique ; on parle aussi d’infection fongique. Il existe de nombreux types de mycoses, qui diffèrent par l’espèce fongique en cause, la localisation de l’infection, son caractère aigu ou chronique, le mode d’infection, etc. Aujourd’hui nous allons commencer par un aperçu des mycoses de la peau glabre et des huiles essentielles ayant une activité à ce niveau.  Lire la suite

Les mycoses de la peau et les huiles essentielles (partie 1)

D’où viennent les mycoses, ces affections et pourquoi sont-elles de plus en plus fréquentes ? Quelles en sont les causes ? Quelle place pouvons-nous accorder aux huiles essentielles dans le traitement des mycoses ?
.

Des mycoses et des champignons

Les mycoses cutanées superficielles sont des maladies très fréquentes dues à des champignons microscopiques : Candida, Trichophyton, Microsporum ou Epidermophyton pour les plus souvent rencontrés.
Elles affectent la surface de la peau glabre dans les zones dépourvues de poils (mycose de la peau glabre), les plis cutanés (intertrigos), les ongles (onychomycose), le pourtour des ongles (périonyxis) et le cuir chevelu (teigne).

Lire la suite

Les bois odorants (partie 3): arbre à thé, une leçon de bienveillance et l’art du kōdō

Les bois odorants 

Les portes de la forêt aux bois odorants se referment. Parvenu à l’orée, nous nous souviendrons longtemps de la leçon de bienveillance de ces arbres. Mais auparavant quelques mots sur les arbres à thé. Puis nous évoquerons une légende nahualt et un rituel japonais.

Lire la suite

Ciste ladanifère, l'un des bois odorants

Les bois odorants (partie 2): les essences résineuses et les baumes

.

Se tenir debout comme un arbre 

Pour les taoïstes, l’homme a toute  sa place dans l’univers, infini petit dans l’infini grand. Il doit vivre en harmonie avec la nature. L’enseignement des Sages chinois précise que faire comme la nature signifie tendre à la jeunesse éternelle puisque la nature est aussi belle et jeune à chaque nouvelle année. Dans la pratique du Qi Gong, prendre la posture de l’arbre est ainsi une invite à redécouvrir l’enracinement qui est en chacun de nous et le besoin d’élévation spirituelle.
Lire la suite

L'écorce de cannelier, un des bois odorants

Les bois odorants (partie 1) : des parfums et des huiles essentielles

L’arbre, cet inconnu

.

Avant de pousser la porte du monde fascinant et mystérieux des bois odorants, arrêtons-nous quelques instants sur le seuil de la porte entrebâillée. Avant de pénétrer dans la salle commune, posons-nous la question : en quoi un arbre est-il si différent de nous ? Est-ce son immobilité apparente qui nous trouble ? Son autre conception du temps ? Sa vie s’étale sur des siècles parfois des millénaires. Un hêtre vit 400 ans, un olivier 2 000 ans. La pousse des branches, des feuilles semblent obéir à un rapport au temps différent du nôtre.
Lire la suite

Huile essentielle d'agarwood

L’huile essentielle précieuse d’Agarwood

Quand les Bois des Dieux tombent dans les mains des hommes

 

L’utilisation de l’encens des bois odorants d’aloès ou d’agar par les Égyptiens remonte à 3 000 ans. Le commerce de l’encens a constitué la première route de négoces, bien avant la route de la soie. Les moines bouddhistes, les Arabes utilisaient l’encens pour leurs rituels religieux. L’un de ces arbres, le bois d’Agar dont on tire l’huile essentielle d’Agarwood, est communément appelé pour cette raison le « Bois des Dieux ».
Enfin dès le XIVème siècle, les Japonais de la haute société possédaient de précieuses boîtes à encens en laque qui servaient de jeu de reconnaissance des encens issus de différents bois odorants de la péninsule indochinoise : c’est l’art des encens ou le Kôdô.

Lire la suite

Candida albicans

Pour notre microbiote les huiles essentielles sont nos amies (partie 3)

Après avoir vu ce qu’était l’écosystème intestinal et l’importance des probiotiques et des huiles essentielles dans son entretien, voyons ensemble les autres facteurs à prendre en compte.

 

  1. Une alimentation « bio » de qualité : importance des bacilles telluriques

Plutôt que d’avoir à traiter un déséquilibre, il est plus facile de mettre en place une alimentation de qualité destinée à limiter l’impact d’un déséquilibre de la flore intestinale.
Lire la suite

Huiles essentielles et les Fêtes de la Lumière: 4.La Chandeleur

 

Comme toutes les fêtes religieuses, la fête de la Chandeleur ou des chandelles a elle aussi une double origine : latine et païenne (où elle était dédiée au dieu Pan).
D’après la coutume, les paysans parcouraient les champs en priant et en portant des flambeaux pour purifier la terre avant les semailles. Car à ce moment de l’année débutaient les semailles d’hiver. On se servait de la farine excédentaire pour confectionner des crêpes, symbole de prospérité pour l’année à venir. Enfin la crêpe protège la récolte de la moisissure et les paysans du malheur.
Lire la suite

les engelures en hiver

Engelures, crevasses, gerçures et huiles essentielles

Quand surviennent le froid, la pluie, la neige ou le vent, les vaisseaux sanguins rétrécissent et les extrémités sont moins bien irriguées. Dans d’autres cas, la peau se dessèche, s’épaissit puis se rompt.
Crevasses, gerçures, fissures voire engelures sont souvent les maux oubliés de l’hiver.

Lire la suite