gastro-entérite et huiles essentielles

Sus à la gastro-entérite, les huiles essentielles en ordre de bataille !

Les premiers frimas approchant, les maladies de l’hiver reviennent : grippe, bronchiolite et gastro-entérite. Plus précoce, la gastro-entérite survient quelques semaines après la rentrée scolaire, se poursuit pendant les vacances de la Toussaint et perdure au-delà des Fêtes de fin d’année.

Cette affection très fréquente pourrait être évitée en respectant de simples mesures d’hygiène : rappelons qu’il est essentiel de se laver soigneusement les mains avant et après manger ainsi qu’après chaque passage aux toilettes. L’eau et le savon suffisent. À condition, de bien se laver les mains, c’est-à-dire en frottant les deux faces des mains, les espaces entre les doigts et le poignet pendant 15 secondes puis bien se rincer (10 secondes) et se sécher. Bilan en temps : un peu plus de 30 secondes. Avouez que ce n’est pas très compliqué ! Inutile d’utiliser ces gels antiseptiques ou solutions hydro-alcooliques vendus dans le commerce dont une plus grande efficacité n’a pas été démontrée ; ils détruisent en outre la flore saprophyte (protectrice et qui colonise naturellement notre épiderme) et dessèchent la peau.

 

Les symptômes de la gastro-entérite que tout le monde connaît

La gastro-entérite est une inflammation du système digestif due à différents micro-organismes dont les plus fréquemment rencontrés sont des norovirus. L’affection est très contagieuse notamment dans les écoles, les hôpitaux ou dans les bureaux en open-space. Elle se propage rapidement d’autant que les virus peuvent survivre jusqu’à une semaine en dehors du corps humain. Attention, les malades peuvent rester contagieux 3 jours après guérison.
La maladie reste bénigne chez l’adulte en bonne santé, il est important de se réhydrater. Elle guérit spontanément en 24 à 48 heures. Il faut toutefois être plus attentif chez les personnes âgées et les nourrissons.
Les symptômes les plus courants sont une diarrhée, des crampes abdominales et des nausées ou vomissements.

 

Les huiles essentielles et la gastro-entérite

Que la diarrhée soit d’origine bactérienne, virale ou parasitaire, l’action curative des huiles essentielles est remarquable tout en respectant la flore microbienne intestinale. Leur utilisation est possible par voie externe ou interne.

Par voie externe : l’huile essentielle de Basilic (Ocimum basilicum ssp basilicum) est un excellent anti-infectieux et antispasmodique en massage sur le bas ventre à raison de 1 à 2 gouttes dans quelques millilitres d’une huile végétale (par exemple l’huile de Noyau d’Abricot). Commencer par un massage toutes les heures puis espacer en fonction de l’amélioration du symptôme.
L’huile essentielle doit être diluée, elle est dermocaustique. Pas d’utilisation au cours de la grossesse.

Par voie interne : 1 à 2 gouttes d’Origan compact (Origanum compactum) dans un peu d’huile végétale (la meilleure solution), ou sous la langue ou sur un morceau de sucre de canne 4 fois par jour pendant 48 heures sont conseillées pour leurs propriétés antimicrobiennes et stimulantes du système immunitaire.
L’huile essentielle est déconseillée chez la femme enceinte et le jeune enfant.

 

Quelques règles diététiques simples pour lutter contre la gastro-entérite

Une diète de 48 heures associée à une quantité d’eau pure ou d’eau de riz équivalente aux pertes sont indispensables dès le début de la gastro-entérite. Puis on réintroduira progressivement une alimentation solide en débutant par du riz, de la semoule d’orge, des pâtes, du sirop de coing, de myrtille ou d’églantier enfin des potages épais.
Puis introduire viande et poisson maigre, huile crue, salades, fromages et fruits cuits.
À éviter : fritures, graisses, charcuterie, crustacés, chocolat, les boissons glacées et les alcools.

 

Deux petites astuces qui limitent les vomissements

Comme les chats, l’être humain est conçu pour vomir. Ce n’est pas le cas de tous les animaux : les souris, les lapins ne savent pas vomir. C’est avant tout un bon moyen de défense qui nous protège des substances toxiques. Mais bon, avant d’en arriver là, lavez-vous les mains et n’oubliez-pas en cas de désagréments nos amies les huiles essentielles.

Le gingembre agit en bloquant le centre du vomissement.

Il existe aussi un point d’acupuncture, appelé 6MC, qui est reconnu pour stopper nausées et vomissements. Il est situé à 2 ou 3 largeurs de doigt sous le poignet, juste entre les tendons fléchisseurs de l’avant-bras. Il suffit d’appuyer délicatement ce point de façon répétée jusqu’à guérison.

 


Articles apparentés qui pourraient vous intéresser
Remède maison: grog contre la grippe
Quelques gestes aromatiques de l’hiver

 

Et n’oubliez pas de télécharger l’e-book gratuit sur les affections respiratoires que vous trouverez sur la page d’accueil en suivant le lien suivant : ici.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *