Ledon du Groenland

Le Lédon du Groenland, la plante qui venait du froid

Le Lédon du Groenland, la plante qui venait du froid

La toxicité des rhododendrons eurasiatiques est reconnue ; elle est due à la présence de certains diterpènes responsables d’empoisonnement. Le Lédon du Groenland (Ledum groenlandicum) connu sous le nom de thé du Labrador en est dépourvu. Cet arbuste de taille moyenne (0,5 m à 1,5 m) qui affectionne les climats et les sols humides et tourbeux d’Amérique du Nord (Canada, Wisconsin et Pennsylvanie) et du Groenland, fournit une huile essentielle rare, insoupçonnée et fabuleuse.

Ce petit arbre aromatique (il dégage un parfum prononcé de son feuillage), toujours vert, possède des feuilles laineuses, des bourgeons floraux écailleux. Les fleurs blanches sont regroupées en grappes terminales. La fragrance est épicé et âpre.
L’utilisation des feuilles de ce « thé du Labrador » par les autochtones a conduit les botanistes à chercher à mieux connaître l’esprit de la plante en cherchant à découvrir les vertus de son huile essentielle. Les amérindiens utilisaient les feuilles réduites en poudre pour leur effet légèrement stupéfiant ou pour soulager les maux de tête ou les douleurs de l’accouchement. Le feuillage est utilisé en tisane ou pour aromatiser la bière.

La plante peut être confondue avec le Lédon des marais (Ledum palustre) qui est toxique mais qui croît plutôt en Europe.

 

La plante est très riche en vitamine C et possède des propriétés antioxydantes. Des études récentes menées au Canada ont montré que le thé du Labrador diminuaient l’absorption du glucose de 50%.
La composition de l’huile est variable selon les chémotypes, mais elle comprend des cétones (germacrone, pulégone), des esters (acétate et butyrate de bornyle), des aldéhydes (myrténal), des monoterpènes et des sesquiterpènes.

Les rameaux fleuris constituent la partie distillée. L’huile essentielle est très difficile à distiller ce qui explique son coût.

 

Propriétés du Lédon du Groenland

L’huile essentielle de Lédon est très sédative du système nerveux central : elle est calmante, relaxante, voire hypnotique.
Elle possède des propriétés antispasmodiques, anti-inflammatoires.
Elle a une action régénératrice des hépatocytes (cellules du foie) et est conseillé dans les insuffisances hépatiques ou pour limiter les séquelles d’une hépatite virale. Des études plus poussées ont été menées dans les domaines de la cancérologie et de la rhumatologie ou dans le traitement des fibromyalgies.

 

Usages du Lédon du Groenland

Sa valeur thérapeutique basée sur des observations essentiellement empiriques est très élevée et dépasse toute interprétation biochimique raisonnée.

Bien qu’aucune contre-indications aux doses physiologiques ne soient connues mais compte tenu de son coût élevé, son usage sera réservé aux professionnels.

– intoxications hépatiques, séquelles d’hépatites
– néphrites
– allergies, hypersensibilité cutanée et rhume des foins
– insomnie, stress extrême

 

Quelques synergies

 

En usage externe
– L’huile essentielle peut s’utiliser pour ses propriétés relaxantes en massage, à diluer jusqu’à 5% dans une huile végétale ou dans le bain, préalablement diluée dans une base neutre de bain moussant (5 à 10 gouttes d’huile essentielle pour un bouchon de base neutre pour le bain).

– Colique néphrétique : le Lédon peut s’utiliser en synergie avec le Petit grain bigarade (Citrus aurantium ssp aurantium) et le Basilic (Ocimum basilicum) : 2 ml de chacune de ces huiles essentielles dilués dans 20 ml d’une HV en massage sur le ventre. Utiliser 10 gouttes de la synergie et renouveler fréquemment.

– Pour lutter contre les effets secondaires d’une chimiothérapie au niveau hépatique, le Lédon peut s’utiliser, dilué dans un peu d’huile végétale, en massage sur le ventre matin et soir (2 gouttes).

– Dans les insomnies, en application sur la face interne des poignets une demi-heure avant le coucher, 3 gouttes du mélange suivant :
HE de Ravensare aromatique (Ravinsara aromatica) : 3 gouttes
HE de Lavande vraie (Lavandula angustifolia) : 2 gouttes
HE de Lédon (Ledum groenlandicum) : 1 goutte
Essence de Mandarine (Citrus reticulata) : 2 gouttes

 

En usage interne
– Hépatite virale
HE de Lédon (Ledum groenlandicum) : 3 ml
HE de Thym à thujanol (Thymus vulgaris CT thujanol) : 2 ml
HE de Ravinstara (Ravinsara aromatica) : 3 ml
HE de Basilic (Ocimum basilicum) : 1 ml
3 gouttes de la synergie dans une cuillerée de miel ou d’huile d’olive avant les repas pendant 3 semaines.
Contre-indications et précautions d’emploi

L’huile essentielle de Lédon est déconseillée pendant la grossesse, l’allaitement et aux enfants de moins de 6 ans.
Déconseillé en cas de traitement par les coumarines.
Pas d’usage prolongé sans l’avis d’un aromathérapeute.

 

Un arbuste convoité et menacé

 L’arbuste est aujourd’hui très demandé. Il est non seulement utilisé en aromathérapie, mais aussi comme ingrédient dans les cosmétiques. La demande est de plus en plus forte au moment de la cueillette qui dure seulement 6 semaines en été. Une meilleure gestion des ressources s’avère nécessaire si l’on veut rendre pérenne l’exploitation de la plante.


Des articles apparentés que vou pourriez aimer
Comment choisir une huile essentielle ?
Bains aromatiques
Composer une huile de massage avec des huiles essentielles

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *