Criste marine

L’huile essentielle de Criste marine

La Criste marine (Crithmum maritimum) est décrite dès l’antiquité par Dioscoride et Pline l’Ancien pour ses propriétés médicinales et son usage culinaire. Conservée dans la saumure, la Criste-marine, comme le saxifrage, autre plante halophile (adaptée aux milieux salés), est consommée crue ou cuite avec du chou ou en salade.

Balade dans les brandes C’est Pentecôte dans les landes !
Balade en pays de solitude Terre de genêts et de criste marine
Pays des trêves et des pierres rompues.

 

Au 16ème siècle, Bernard de Palissy la décrit comme originaire des roches de Saintonge. Dans le Roi Lear, Shakespeare relate la vie des cueilleurs de « Samphire », ancien nom vernaculaire de la Criste sur les côtes anglaises. Ces paysans n’hésitent pas à escalader des falaises abruptes pour la récolter. La plante insinue ses racines très en profondeur dans la roche calcaire d’où le nom de « perce-pierre » ou « passe-pierre » qui a donné ensuite le nom d’herbe à Saint-Pierre.

La plante est finalement commune sur les côtes de la Manche, de l’Atlantique et de la Méditerranée jusqu’en Corse. La Criste-marine a refait ces dernières années son apparition sur les tables anglaises notamment : le pickled samphire contient cette herbe sauvage au goût salé qui laisse une amertume en bouche. Déshydratée, elle pourrait s’utiliser en épice. La Criste marine est riche en iode, en oligo-éléments, en vitamine C et en bêtacarotènes, ce qui lui confère des propriétés antioxydantes. Elle contient des acides gras insaturés (l’acide linoléique et l’acide linolénique).

 

De la plante à l’huile essentielle de Criste marine

Botaniquement, la Criste marine est une plante charnue qui semble gorgée d’eau, d’une taille modeste. Ses fleurs sont blanc-verdâtre, les fruits ressemblent à des grains d’orge, spongieux et flottent parfois à la surface de l’eau. Pour la distillation la plante est prélevée à la floraison qui intervient de juillet à octobre. C’est une Apiacée (anciennement appelées Ombellifère).

L’huile essentielle est surprenante par son arôme saumâtre avec des notes d’algues et d’embruns relevées par une odeur d’agrumes. Son inhalation peut-être légèrement irritante pour la muqueuse du nez. Sa composition biochimique présente de grandes différences selon le lieu de récolte : côtes atlantiques ou Méditerranée. L’huile est toutefois complexe avec principalement du gamma-terpinène, du bêta-phellandrène, du paracymène, du thymol méthyléther (responsable de l’irritation) et du dillapiole définissant le principal chémotype.

 

Les usages de l’huile essentielle de Criste marine

En usage externe, l’huile essentielle diluée à 1% dans une base végétale est utile pour réduire la rétention d’eau voire la cellulite.
Pour un drainage et une élimination en douceur lors d’une cure d’amaigrissement, l’hydrolat de Criste marine s’utilise à raison de 2 cuillérées à soupe diluées dans un litre d’eau à boire dans la journée. La cure est de 3 semaines, elle peut s’interrompre 1 semaine puis reprendre à 3 semaines en association éventuellement avec d’autres hydrolats (Lentisque pistachier ou Romarin à verbérone).

Associée à d’autres HE à activité vermicide (Origan à inflorescences compactes, Santoline petit cyprès), elle développe des propriétés antiparasitaires, mais prudence, la Santoline est neurotoxique. Pour cet usage, l’hydrolat mériterait également d’être utilisé par voie orale.

La redécouverte de cette huile encore peu connue a fait l’objet de nombreux travaux au niveau de son obtention. Chaque artisan apportant son savoir-faire en fonction de sa sensibilité. Le lieu de récolte importe également. Produite en Corse, l’huile essentielle de Criste marine est également distillée depuis quelques années en terre bretonne.

 

Pays de l’errance et des geôliers Des forêts et des princes
Pays de la plainte mensongère du vent des pleurs amers
Balade en pays de Celtitude
Malin Head, 1983


Articles apparentés que vous pourriez aimer :
La vision de Goethe et les critères de qualité des huiles essentielles
Palo santo, ou la rencontre avec l’âme d’un arbre sacré
Lemongrass, plaidoyer pour la préservation de notre patrimoine commun

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *