Kunzéa

Fragonia et Kunzéa : les Portes de la Recouvrance

 

Le Fragonia (Agonis fragrans) et le Kunzéa (Kunzea ambigua) appartiennent à la famille des Myrtaceæ. Les Myrtaceæ à hydrocarbures monoterpéniques anticatarrhaux comprennent une kunzée de Tasmanie et le kànuka ou « white tea-tree » de Nouvelle-Zélande (Kunzea ericoïdes). Agonis fragrans est une autre myrtacée mais à eucalyptol anticatarrhal et expectorant dont l’un des chémotypes a été dénommé Fragonia par John Day.

“We don’t own the land, the land owns us” (Aboriginal Dreamtime)


Agonis fragrans, le Fragonia

Agonis fragrans est un petit arbre ses zones côtières du Sud de l’Australie occidentale proche des mélaleucas (Cajeput, Niaouli, Tea-tree) et du Myrte commun. Son huile essentielle est obtenue par distillation à la vapeur d’eau des feuilles et des rameaux. Elle est fluide, transparente avec des notes fraîches et fleuries. Elle contient à part égale trois constituants majeurs : oxydes (1,8 cinéole), monoterpènes (alpha-pinène) et monoterpénols (linalol).

L’huile essentielle de Fragonia, connue des aborigènes pour sa fragrance fleurie, était utilisée pour ses propriétés analgésiques et expectorantes. Redécouverte à la fin des années 1990, l’huile s’est avérée efficace pour soulager les douleurs musculaires et ligamentaires et pour diminuer les symptômes du rhume et de la grippe avec une action similaire à celle du Tea-tree ou des Eucalyptus. L’huile essentielle inhibe en particulier certaines réponses immunitaires comme la sécrétion d’une glycoprotéine impliquée dans les processus inflammatoires.

En olfaction, le Fragonia relâche le diaphragme et ouvre la cage thoracique.

Il aide à réparer les souffrances physiques ou psychiques et aide à sortir de son inertie. S’il fallait qualifier cette huile essentielle d’une fragrance toute féminine, ce serait la générosité. Elle forme un admirable couple aromatique avec la Pruche pour vous accompagner dans le chemin de l’éveil spirituel en massage ou en friction au niveau des poumons, de la nuque et en haut du dos.


Kunzea ambigua, le Kunzéa

Communément appelée Tick bush par les aborigènes, la Kunzée se rencontre dans les zones côtières des Etats de Nouvelle Galles du Sud, de Victoria ou en Tasmanie. Le nom vernaculaire de Tick bush fait référence à la présence d’animaux endormis au pied de la Kunzée en quête de soulagement après avoir été piqués par des tiques ou d’autres parasites. Ainsi, l’huile essentielle était communément utilisée par les aborigènes pour traiter les irritations cutanées.

La Kunzéa est un arbuste dépassant rarement, dans les conditions naturelles, 1 mètre de hauteur qui porte au printemps de petites fleurs blanches légèrement parfumées d’où le nom de Kunzéa blanche. Les étamines sont plus longues que les pétales. Cultivée pour sa robustesse notamment en Angleterre,  la Kunzea est utilisée pour servir de coupe-vent ou pour stabiliser les dunes de sable.


Une synergie merveilleuse ou les portes de la recouvrance

Une autre complémentarité qui fait référence aux principes de la tradition chinoise que sont le yin et le yang est celle développée par Daniel Pénoël avec ces deux plantes.

Tout se passe comme si les plantes aromatiques véhiculaient des molécules, mais aussi une information. Information que nous ne percevons plus en temps normal notamment à cause de notre éloignement du monde naturel et de l’abandon dans nos sociétés occidentales de nos deux sens premiers que sont le toucher et l’odorat. Notre sens de l’odorat est par ailleurs fortement sollicité par des molécules issues de la recherche chimique reproduisant une effluve naturelle, par des parfums et arômes de synthèse pervertissant et pauvre ou totalement dépourvue de cette information primordiale quand il ne s’agit pas de polluants agressifs pour nos voies respiratoires.

Sur le plan de la psyché, Fragonia est l’énergie féminine et protectrice, elle aura le potentiel de pacifier et réconcilier. Fragonia représente le yin, la nuit, le froid. Kunzea, de par son pôle masculin, saura relever, donner du courage, de la force physique, elle aidera la victime d’une dépendance à s’affirmer, à prendre des décisions, à retrouver force et restructuration. Kunzea est le yang, le jour, le chaud. Selon le pôle dominant d’un individu, sa préférence ira vers l’huile essentielle en correspondance ou pour entrer en résonnance et se reconnecter aux polarités qui existent en chacun de nous. L’appréciation est subjective et diffèrera selon le moment, le lieu ou l’état de pleine conscience ou non.

Mais les exemples de Fragonia et Kunzea ne sont pas isolés. C’est le propre de l’aromathérapie de s’intégrer à cette approche intuitive. Pour  ressentir les effets bénéfiques des huiles essentielles, il convient de les intégrer à son quotidien, de les respirer, de les toucher, de les ingérer. Chaque geste étant fait avec la recherche d’un éveil à soi. Ce long parcours initiatique peut nous conduire vers une autre manière de penser, d’agir et de réagir en harmonie avec notre environnement.

Ainsi, Fragonia et Kunzéa par leur complémentarité peuvent nous amener à trouver la recouvrance, cette belle énergie du corps décrite par Rabelais, et de s’approprier ce monde de moins en moins exploré par nos odorats aujourd’hui pervertis et de faire… des émules.


Articles apparentés que vous pourriez aimer
Herbe des Rois, une huile essentielle rare et mystérieuse
Le nard de l’Himalaya ou la redécouverte d’un savoir ancestral
Bois de santal, le coffret aux merveilles
La route de l’encens et de la myrrhe (partie 1)
la route de l’encens et de la myrrhe (partie 2)

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *