bois de santal

Bois de Santal, le coffret aux merveilles

 

Histoire et botanique du bois de Santal

« L’homme vertueux doit imiter l’arbre de Santal qui, lorsqu’on l’abat, parfume la hache qui le frappe. » [Proverbe indien]

 

Le bois de Santal est avec l’Acacia, la Sassafras et le Teck l’un des quatre bois sacrés qui entrent dans la composition d’une pâte rouge dont s’enduisent les moines vishnouites lors du pèlerinage du Gange. Il sert aussi à créer le Tilak, la touche déposée par les Hindous au milieu de front. Le Tilak de couleur blanche est obtenu en réduisant en bouillie du bois de Santal. Plus connu, le Tilak de couleur rouge est lui obtenu à partir d’une poudre de curcuma séchée mélangée à de la chaux éteinte.

Le bois est pulvérisé et lancé à la volée avec des encens au cours de rituels hindous, son essence imprègne les temples, ses rameaux de fleurs décorent les autels des dieux et des déesses. Depuis des millénaires, la distillation en Inde de bois d’Agar de l’Assam, de bois de Santal, de Vétiver et d’autres fleurs permet d’obtenir les attars, sortes de parfums sans alcool dont l’usage a culminé sous l’Empire Moghol fondé par Bâbur, le successeur de Tamerlan au XVIème siècle.

 

Toutes les espèces de Santal auraient une origine australienne. Parmi celles-ci, le Santal blanc (Santalum album ) est un petit arbre toujours vert de 10 mètres environ de hauteur, semi-parasite : la jeune pousse de Santal  parasite les racines d’autres espèces d’arbres sans préjudices toutefois pour ses hôtes. Les fleurs sont jaunâtres voire rouges. Le bois odorant est parsemé de poches à essence. On le trouve en Inde près de Mysore, en Malaisie et en Indonésie.
Plusieurs espèces de Santal se sont éteintes par suite d’exploitation exagérée. Plusieurs espèces de faux Santal sont aussi connues comme le Santal de Madagascar. Il en résulte de fâcheuses tromperies sur les appellations commerciales : l’huile essentielle de Santal blanc des Indes est fréquemment coupée avec du Santal des Indes occidentales ou du Santal australien voire néo-calédonien d’un prix de revient plus bas. Si la variété botanique n’est pas précisée sur l’étiquette, la fraude est imparable. Seule une analyse chimique par chromatographie permet d’identifier les constituants.

En Occident, au XIXème siècle, le bois précieux servait à confectionner de jolies petites boîtes à bijoux (qui se souvient encore du Coffret de Santal de Charles Cros). De l’autre côté de la Manche, les Anglais rapportèrent des Indes la poudre de Santal qui connut une grande vogue dans les sociétés psychiques et cercles spirites de Londres.

A Mysore, l’espèce est aujourd’hui menacée compte tenu de la dégradation de l’environnement et de la surexploitation. Le gouvernement indien de l’état de Karnataka a pris des mesures pour limiter la coupe des arbres. Seule l’huile essentielle peut être dorénavant exportée.


L’huile essentielle de bois de Santal en aromathérapie

L’huile essentielle de bois de Santal est de couleur jaune dorée et d’une consistance assez épaisse, elle est obtenue par distillation à la vapeur d’eau du bois et des racines broyés. Elle contient des sesquiterpénols (alpha et bêta-santanol), des sesquiterpènes, des aldéhydes et des acides santaliques.

L’huile est un puissant décongestionnant veineux et lymphatique, un régulateur cardiaque, un anxiolytique. Elle est enfin calmante.
Associée au deuxième chakra, l’huile essentielle de Santal blanc permet une reconnexion en douceur à son corps.

On l’utilisera en massage sur les plexus nerveux, par exemple le long de la colonne vertébrale, ou en diffusion pour créer une ambiance rassurante et ancrante.

Une synergie possible :
HE Géranium Bourbon (Pelargonium graveolens cv Bourbon) : 2 gouttes
HE Lavande vraie (Lavandula angustifolia) : 2 gouttes
HE Santal blanc (Santalum album) : 1 goutte
HV Amande douce : 1 cuillère à café

Pour l’éveil des sens, le bois de Santal peut s’associer au Nard de l’Himalaya, au Patchouli, à la Cannelle, en massage dans une huile végétale.


Prudence, la présence de sesquiterpénols rend son utilisation déconseillée en cas de cancers hormonodépendants. Son usage est également prohibé chez la femme enceinte.


Le voyage olfactif

J’ai rêvé l’archipel parfumé, montagneux,
Perdu dans une mer inconnue et profonde…
(Charles Cros : Le Coffret de santal)

Portez le flacon ouvert sous votre nez, faites 3 inspirations profondes. L’huile essentielle de Santal dégage une odeur profonde, boisée, qui évoque la quintessence de l’esprit des cultures indienne et tibétaine. Le ressenti crée un milieu sécurisant, propice au lâcher-prise mental en éveillant l’imaginaire, la rêverie, notre sensibilité. L’affirmation de soi passe par une pleine sensation de conscience, une assurance émotionnelle, les peurs et certains tabous sont repoussés.


Articles apparentés que vous pourriez aimer 

Herbe des Rois, une huile essentielle rare et mystérieuse
Le Nard de l’Himalaya ou la découverte d’un savoir ancestral

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *